Dragons de l’Impératrice nous étions, Vétérans du Bodensee nous sommes !

6 Juil 2021 | 11 commentaires

s

Pour la plupart nous avions 25 ans à Langen. C’était il y a 35 ans environ ; c’était donc hier.

Cette idée de séminaire pour bikers du Grand 2 est née fin novembre 2020, comme souvent, sur fond de défi. Très rapidement l’affaire était pliée : lieu, dates, participants ; sur le seul critère de l’envie ! Le lieu était à la hauteur des travaux attendus au cours de ce séminaire : la Corse ! Et parce qu’à jamais nous avons un 6eme sens chez les Dragons parachutistes, nous avions prévu de débuter ce séminaire le 9 juin, jour de la levée des principales mesures de confinement ! Enfin nous étions 18, avec 14 deux roues de tous types et 2 véhicules pour la log ; c’était la bonne dimension pour gérer le groupe sur un plan logistique, mais aussi sécuritaire en déplacement, sans évoquer la gestion des humeurs inhérentes à tout groupe de Gaulois, qui plus est en Corse !

Au point de regroupement à l’embarcadère à Toulon, aux premiers regards nous avons eu parfois une hésitation, le temps ayant fait son effet sur nos corps, mais dès les premiers mots prononcés, le doute s’est immédiatement envolé ! Nous retrouvions tout de suite le trait de caractère de chacun, son tempérament, son humeur, son enthousiasme, sa voix. La sagesse de l’âge est venue simplement arrondir les angles éventuellement rugueux… D’emblée la joie de ses retrouvailles insolites à pris le dessus.

La terre natale de Napoléon nous invitait indéniablement à venir à la source pour revisiter nos campagnes : Eugénie, Mecareg, Reforger, Tristar, Viking, mais aussi nos aventures africaines. Ce séminaire improbable, 35 ans plus tôt, a été principalement préparé par nos soutiens locaux, Felicien MLI et Steph HRY, qui nous ont concocté un programme de rêve.

Jeudi matin, 10 juin 2021, à peine débarqués du Continent à Bastia, nous enfourchons nos beaux destriers direction le Cap Corse ! Tous les sens se mettent aussitôt en éveil, plus particulièrement ceux que nous avions l’habitude de solliciter dans notre jeunesse active : vue, ouïe, odorat ; et là c’est un régal d’entrée de jeu. Petites routes sinueuses qui nous emmènent au bout du monde, nous sommes seuls sur ces premiers lacets, tout de suite plongés dans l’ambiance des activités qui nous attendent au cours de ce séminaire : pilotage chaloupé, repas de travail, débriefing des opérations, pour l’essentiel !

Avant tout nous sommes là pour découvrir l’île de Beauté, tout en retissant nos liens d’amitié avec un plaisir non dissimulé.

Grâce à nos guides, nous avons pu avoir en 7 jours un aperçu éblouissant de cette beauté naturelle : Village de Ste Julie, la baie de St Florent, le désert des Agriates, les calanques de Piana, les gorges de la Restonica, le col de Bavella et…. Chaque virage nous offre un spectacle unique et surprenant, car il est toujours possible de croiser chèvres, vaches, cochons, chiens, sangliers…

Bien évidemment, notre séminaire ne pouvait pas faire l’impasse, même superficiellement, sur l’histoire militaire. C’est dans ce cadre que nous avons pu visiter Ajaccio comme Bonifacio, avec la complicité d’Hugo et l’époustouflante connaissance de Michel Tercé, la référence historienne de la Corse fortifiée, une vraie chance !

Pour conclure ce séminaire nous avons eu l’honneur d’être accueillis très chaleureusement, d’une part, par deux communes qui se partagent la Chapelle St Michel de Vescovato et, d’autre part, par le Père Carlotti, curé des lieux. Il nous a offert la célébration de l’eucharistie à l’intention de nos camarades, trop tôt disparus, avant la bénédiction de nos montures, sous l’œil protecteur de notre saint patron qui veille sur nous depuis tant d’années sans relâche ! Dieu sait si on lui a donné du boulot ! Ce temps de recueillement permit à beaucoup de savourer personnellement ces instants privilégiés.

À l’issue de ces 7 jours, particulièrement intenses, où l’émotion de nos retrouvailles s’est mêlée à la beauté des paysages, comme à la chaleur et l’authenticité des Corses, nous avons rejoint nos différentes contrées d’origine avec l’intime conviction qu’il ne s’agissait pas du dernier séminaire…

Mais au-delà de tous ces bienfaits, qui pourraient suffire, nous avons pu mesurer la profondeur de l’Amitié, que notre 13 a créée chez chacun de nous. En effet, si une des bases du commandement des hommes au 13 repose sur l’obéissance d’amitié, elle devient au soir de nos vies professionnelles une amitié bienveillante, qui aujourd’hui nous comble de plaisir « Au-delà du possible » pour aller « Encore plus loin » !

Frédéric MAILLARD